Le buveur d'encre qui écrivait des mots d'amour de Éric Sanvoisin et Olivier Latyk

Publié le par Péléane Léana

Le-buveur-d-encre--le-buveur-d-encre-qui-ecrivait-des-mots.jpg

Citation :

 

"La journée est passée à toute vitesse. Le vieux buveur d'encre à eu un mal fou à retenir son texte. Il oubliait tantôt un mot, tantôt une phrase entière si bien que ce qu'il disait n'avait aucun sens. il n'arrivait pas à mettre le ton et récitait les mots de Roméo comme une recette de cuisine."

 

Résumé de l'éditeur :

 

" Draculivre, le buveur d'encre, est amoureux... et malheureux ! Trop timide, il n'arrive pas à avouer ses sentiments à l'élue de son coeur. Comment Carmilla et Odilon peuvent-ils l'aider à déclarer sa flamme ? Où trouver l'inspiration ? Dans ses livres, peut-être ?"

 

Ma chronique :

 

Je ne m'attendais pas à recevoir ce livre, mais je suis très contente que les éditions Nathan aient pensé à moi pour le chroniquer. Merci beaucoup !

Je vous avez parlé il y a peu de la collection Premières Lectures de ces éditions avec trois titres : Saphir Le Génie de Yann Walcker et Mylène Rigaudie et Les animaux de Lou - Je te protège, Petit Loup de Mymi Doinet et Mélanie Allag. Cette collection visé principalement un public âgé de 6 ans, et plus précisément les élèves de CP. pour l'apprentissage de la lecture. Je vais aujourd'hui vous présenter un livre de la collection Premiers Romans qui visent les enfants âgés de 7 ans et plus, donc des romans simples que l'on peut lire à partir du CE1.

 

Eric Sanvoisin a une plume très fluide, qui se lit très facilement et qui permet d'apprendre. En effet, dans un roman pour enfant, on s'attend à ce que le récit soit plutôt simple à lire, à trouver des mots nouveaux et à apprécier la lecture. Dans ce livre, l'auteur fait tout ça. Il joue sur les mots de façon à ce que les phrases soient facile à lire, mais fait souvent des jeux de mots pour rendre la tache un peu plus dure aux jeunes lecteurs en herbe. Le vocabulaire est donc très bien trouvé. On ne peut s'empêcher de remarquer la conjugaison qui est très bien utilisé ici. Vu que les phrases sont courtes, on a tout le temps pour étudier le temps utilisé, principalement l'imparfait. Si l'élève est ne serrait-ce qu'un peu assidu, il fera attention à la conjugaison et apprendra beaucoup. Le rythme du livre est très vif, ce qui est du au nombre de pages et aux dialogues très présents, tandis que la dynamique est un peu plus longue, ce qui est du au récit mais j'en viendrais plus tard.

 

Pour ce qui est du dessin, c'est Olivier Latyk qu'il faut féliciter. On peut déjà dire que les illustrations sont en parfait accord avec le texte. L'histoire est plutôt simple, donc les dessins le sont aussi. Tout ce passe la nuit, donc les couleurs dominantes sont le noir et le marron, même si on trouve parfois du rouge, du au romantisme qui règne dans l'air. Les couleurs sombres correspondent aussi à la tristesse que ressent le personnage. C'est là qu'intervient également le rouge, quand son coeur fait des siennes.

Le personnage de Draculivre fait beaucoup penser à un de ceux de Tim Burton : il est grand, mince et très blanc. Les enfants, eux sont plus banaux, hormis qu'ils ont un nez très pointu.

Sinon, l'ambiance et le décors sont simples et correspondent bien à une ville vampirique tout mignonne.

 

Pour l'histoire, elle n'est pas très originale et met un peu de temps à démarrer. On a déjà lu des livres où un personnage est amoureux et n'arrive pas à faire chavirer la coeur de sa bien aimée. Mais en cela, il ne faut pas oublier que c'est un livre pour enfants, et que le récit leur conviendra bien assez. Par contre, l'univers est original et sympathique : l'histoire se déroule à Dracuville, une ville où les vampires se nourrissent de livres, soit en buvant les mots ou même les fautes d'orthographes. C'est très bien imaginé, ça donne envie de lire, et ce n'est pas du tout méchant. En cela, c'est un bon point de départ pour faire connaître ces créatures à des enfants.

Daculivre, le buveur d'encre, qui est le personnage principal est triste dans ce tome car il n'arrive pas à montrer ses sentiments. On s'attache très vite à lui, et on veut l'aider, tout comme les enfants, Carmilla et Odilon. On veut tout faire pour qu'il puisse enfin se faire aimer par sa belle. Dans ce tome, les enfants sont plus intelligents que leur oncle, ce sont eux qui lui apprenne à faire sa déclaration, et c'est vraiment très drôle.

Je n'ai pu m'empêcher de remarquer la référence livresque à Roméo et Juliette de william Shakespeare. Les enfants curieux voudront en savoir plus, mais est-ce une bonne chose de leur conter cette histoire si jeune ?

L'ambiance est le décor sont seulement dessinés, il y a très peu d'écrit dessus, mais du coup, ça simplifie la lecture, car les enfants ne sont pas souvent intéressés par les descriptions, ils préfèrent être dans l'action. L'ambiance est triste, par rapport à Draculivre, mais quand même très drôle, car un vampire qui ne sait pas séduire alors qu'il passe son temps dans les romans est assez ironique.

 

En conclusion, je vous conseille ce livre pour vos enfants car il est simple, drôle et intéressant. Un bon livre qui apprendra beaucoup à de jeunes gens. Et même si vous êtes grands, n'hésitez pas, vous vous régalerez !

 

Des qualificatifs ? Amusant

Publié dans Livres d'écoles

Commenter cet article

Mia 27/06/2013 15:05

Je suis ravie qu'il t'ai plu, bises !

Péléane Léana 04/07/2013 11:02



merci ^^